Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 19:02

 

Elle descendit encore. Cela n'en finissait pas. Le son de ses pas se mêlait à celui de sa respiration en succession monotone, mécanique, de souffle et de frottements mats ; loin de résonner, on aurait plutôt dit que le boyau dans lequel dévalait cet interminable escalier étouffait le bruit. Régulièrement, un léger courant d'air croisait Alice et faisait trembler une mèche sur son front. Impossible d'en déterminer l'origine ; peut-être qu'elle allait déboucher sur un réseau de grottes souterraines, avec toute cette humidité. Il devait en tous cas y avoir un autre accès quelque part, ouvert lui aussi sur l'extérieur, ce qui expliquerait ce souffle d'air intermittent. Oui, c'était certainement la bonne explication. Il faisait assez bon ici, ni chaud en dépit de la saison, ni froid en dépit de la profondeur. En fait, plus elle avançait, mieux elle se sentait, entourée de toute part par la pierre et la terre, comme blottie dans un corps gigantesque, accueillant et bienveillant. Son galet se balançait doucement contre sa peau au rythme de son pas. Alice se sentit gagnée lentement par l'endormissement, bercée par son propre mouvement régulier, par l'identique du décor autour d'elle, par la tiédeur de l'endroit et la régularité du souffle montant, qui la balayait sans la réveiller. Une à une les marches passaient sous ses pieds, et elle n'avait plus connaissance de la profondeur à laquelle elle se mouvait, ni de la pierre autour d'elle, ni d'ailleurs de son propre mouvement. Elle était à nouveau ailleurs, très loin dans son propre esprit, là où les pensées défilent et s'enchaînent plus vite que le cerveau ne les formule, là où les idées naissent (ou se déposent) avec une acuité foudroyante, juste avant que la conscience ne s'en saisisse et ne tente de les façonner à la forge du langage. Elle s'imaginait être très présente au monde physique, mais y fut brutalement rappelée au moment où son pied rencontra inopinément un sol plat là où il s'attendait à trouver la marche suivante. Elle trébucha violemment et failli tomber, ce qui la réveilla complètement. Lorsqu'elle se rendit compte qu'elle était enfin arrivée au fond de la cave, son cœur s'emballa, elle tourna lentement sur elle-même, la bouche soudainement sèche et les yeux grand ouverts, pour percer la pénombre et détailler les lieux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Noune
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Noune
  • Le blog de Noune
  • : c'est un blog qui servira de recueil de textes, photos, dessins peut être, et qui vivra verra comment ça tournera... et il y aura des yeux, aussi.
  • Contact

Recherche

Liens